Terra Bolivia » Tupiza, ville de canyons

Tupiza, ville de canyons

Lorsque l’on arrive à Tupiza (2950 m), en provenance des lagunes perdues du Grand Lipez, ou accompagnant l´une des toutes dernières caravanes de lamas de « la route du sel » qui pratiquent le troc entre l´altiplano et les vallées centrales, une sensation de douceur vous saisit alors.

A Tupiza, la lumière rasante du soir sur les montagnes multicolores, la silhouette des cactus, comme autant de sentinelles gardant l´entrée de canyons aux formes torturées, les paysans rejoignant leur domicile au pas lent de leur monture… les « Terres Rouges » du Sud de la Bolivie ressemblent à un immense décor de western.

Fermez les yeux, ne voyez-vous pas défiler les mules chargées de minerais d´argent ? et derrière ce nuage de poussière, n´est ce pas le Kid et Butch Cassidy, attaquant la recette de la compagnie minière Aramayo ?

Plus à l´Est, c´est Tarija (1850 m) et son air d´Andalousie. Ne boudons pas notre plaisir : cette terre de production vinicole (le vin rouge d´altitude et le Singani sont particulièrement réputés) offre également une riche gastronomie, à déguster au son du violon tzigane, mêlé à celui du bombo des gauchos argentins. La région regorge également de peintures rupestres et de trésors paléontologiques, sans compter les réserves naturelles de Sama et de Tariquía.

La manière idéale de découvrir le Sud de la Bolivie est évidemment à cheval, mais c´est également un régal pour les amateurs de VTT et de randonnée à pied. Il y aura toujours une cascade ou une piscine naturelle cristalline pour récompenser les efforts du voyageur curieux.

Les plus intrépides s´aventureront même dans la région du Chaco. Ce paradis écologique, qui fut de 1932 à 1936 le théâtre d´un conflit fratricide entre la Bolivie et la Paraguay (orchestré par les compagnies pétrolières lorgnant sur ses riches gisements d´hydrocarbures), est aujourd´hui le territoire des jaguars et des indiens guaranis, toujours baigné par un soleil implacable.