Terra Bolivia » Gastronomie » L’exotique vin d’altitude produit en Bolivie

L’exotique vin d’altitude produit en Bolivie

Par Sergio Soliz

Le vin d’altitude commence à gagner en popularité dans le monde et les cépages cultivés à des altitudes supérieures à 1200 mètres attirent l’attention des œnologues et connaisseurs.

Une plus grande amplitude thermique, une radiation solaire importante et une plus grande exposition aux rayons ultra-violets permettent d’élaborer un vin très particulier qui peut être catalogué comme exotique.

En Bolivie, le vin d’altitude est produit dans les régions de Chuquisaca et Tarija (dans les vallées de la partie sud du pays) et les vignobles se situent sur des coteaux entre 1.500 et 2.600 mètres au-dessus du niveau de la mer : une véritable particularité si l’on pense que la grande majorité des vignobles dans le monde se trouvent à une altitude maximale de 600 m.

Les conditions climatiques de cette région du pays permettent une maturation lente et prolongée du raisin.

 

Les grains ont une exposition magnifique au soleil et les caractéristiques de la terre, ajoutées à l’altitude, donnent des grains plus sucrés avec une plus grande proportion de peau (partie du raisin où s’accumulent les tannins).

Le résultat est un vin plus chargé en alcool, qui possède une plus grande concentration d’arômes et de saveurs, des couleurs plus intenses (rouges et violets), un caractère fin et fruité et une bonne concentration d’antioxydants.

Cependant, la reconnaissance mondiale des vins et spiritueux qui sont produits dans cette zone du pays n’est pas nouvelle. En 2009, le singani bolivien, Casa Real de raisin Moscatel de Alexandrie (une liqueur distillée très typique en Bolivie) a été choisi comme « le meilleur distillé du monde » lors du concours Vinalies Cata d’Or d’Amérique latine organisé au Chili par l’Union internationale des œnologues de France.

Vignes, vin et histoire en Bolivie

On pense que les premiers vignobles sont arrivés dans cette zone de Chuquisaca et Tarija en provenance du Pérou au milieu du XVIe siècle, durant la conquête espagnole. Les premières vignes auraient été plantées dans la ville de Mizque (Cochabamba) et se sont étendues peu à peu vers Chuquisaca et Tarija où des Jésuites et des Augustins effectuèrent les plantations.Des siècles plus tard, en 1970, Tarija a déclenché un processus d’industrialisation à travers d’importants investissements ayant pour but de techniciser l’industrie du vin et d’avoir de meilleures variétés de raisin.

Actuellement, Tarija et Chuquisaca produisent des variétés de vin rouge avec des cépages de Cabernet Sauvignon, Malbec, Barbera et Merlot, tandis que dans les variétés de vin blanc on trouve le Riesling, Franc Colombard et Chardonnay.

Tarija et Chuquisaca sont les plus grands producteurs de raisin dans le pays et le secteur vinicole est très important pour la région puisqu’il emploie de manière directe plus de 20 000 personnes.

La route du vin d’altitude de Tarija

Avec l’industrie du vin, Tarija a commencé à développer des activités en relation avec l’œnotourisme dans la Vallée Centrale de Tarija en promouvant la « Route du Vin d’altitude ».Les amoureux du vin peuvent ainsi aller de cave en cave et découvrir l’intéressant contraste entre celles qui possèdent une technologie de pointe et celles qui maintiennent encore des pratiques traditionnelles d’élaboration du vin.