Terra Bolivia » Blog » En direct du terrain » Tourisme » Visite chez les Chipaya : entre culture et traditions

 

 

Visite chez les Chipaya : entre culture et traditions

La culture des Chipaya, considérée comme la plus ancienne d’Amérique latine, trouve ses origines autour de 2500 ans avant J.C. Elle est riche de traditions ancestrales, encore perpétrées aujourd’hui.

 

Ce peuple d’environ 2000 personnes est composé de 4 communautés : il y a les Aransaya, les Ayparavi, les Manasaya et les Wistrullani. Ces groupes vivent à quelques kilomètres les uns des autres et se différencient notamment par leurs techniques d’agriculture. En effet, les sols ne sont pas les mêmes sur tout leur territoire. Les Uru Chipaya vivent à plus de 200 km de Oruro, qui est la grande ville la plus proche de chez eux. Mais peu importe, ils ont un sens important de la communauté et s’autosuffisent ! Agriculture, pêche, chasse, architecture, vêtements… c’est bien simple, les Uru Chipaya savent tout faire.

 

Vendredi dernier, Grover et moi avons été invités chez les Uru Chipaya par l’Agence Italienne de Coopération pour le Développement. Cette ONG a pour objectif de garantir le respect et la dignité humaine. Elle a aussi pour ambition d’assurer le développement de tous les peuples. Depuis 2015, elle met tout en oeuvre pour implanter le tourisme communautaire à Chipaya.

 

 

Nous avons eu la chance de découvrir leur mode de vie ancestral, qui, bien qu’il ait évolué, est resté relativement traditionnel. Aujourd’hui, ce peuple parle également espagnol, c’est d’ailleurs la langue dominante dans les écoles. Ce n’est pas pour autant que leur langue se perd : entre eux, ils ne parlent qu’Uru Chipaya.

 

 

24h pour découvrir toutes leurs coutumes et traditions, c’est vraiment très court. Alors on a enchaîné toutes sortes d’activités. Démonstrations des techniques d’agriculture, d’architecture, de tissage, de tressage, gestion de l’eau, présentation du musée, d’une exposition, soirée avec musique et danse traditionnelles… On n’a vraiment pas eu le temps de s’ennuyer !

 

 

 

On a commencé par la visite du musée Urus Andino. Celui-ci se trouve dans l’école locale et la visite est donc guidée par des écoliers. Des vêtements aux instruments de musique, en passant par les outils d’agriculture, on nous montre tout ! Une chambre et une cuisine ont même été reconstitués, nous permettant de nous projeter dans ce mode de vie authentique.

 

 

On se dirige ensuite vers le territoire de la communauté Aransaya, qui va nous montrer comment est cultivé le quinoa. Le soleil commence à se coucher, rendant le paysage encore plus beau. Quelques hommes nous apprennent comment ils récoltent les plants et nous donnent à chacun des feuilles de coca. Cette plante donne de l’énergie et ici tout le monde ou presque en mastique au cours de la journée. On n’a pas le temps de voir tout ce qu’ils cultivent, mais le quinoa n’est pas leur seule production : pomme de terre, épinard, laitue, tomate… Ici, on trouve de tout !

 

 

 

On a pu comparer cette agriculture à celle des Ayparavi qui vivent dans les grandeurs des dunes rouges. Le travail des sols est très différent puisqu’il faut empêcher que des envolés de sable emportent avec eux les semences.

 

 

Chez les Urus Chipayas, on peut observer une grande variété de paysages. Ce peuple vit en accord avec la nature qu’il réussit à appréhender. C’est comme ça qu’une fois par an, les Manasaya se mettent au travail tous ensemble sur la gestion de l’eau. L’eau est un élément capital dans leur vie, ils ont besoin d’eau pour tout ce qu’ils font. Elle leur permet entre autres de profiter d’aliments de qualité, de cuisiner, de se coiffer, ou de réaliser de l’artisanat. Ils créent des barrages avec de la paille afin de rallier les plus petits cours d’eau au principal, passant par leur village.

 

 

 

En ce qui concerne le tressage et le tissage, ce sont des activités réalisées par les femmes. Autrefois, comme le shampoing n’existait pas, se tresser les cheveux leurs permettait de les garder propres plus longtemps. Aujourd’hui, même si elles se lavent davantage les cheveux, elles continuent de se faire des tresses, tout comme de tisser puisque les Uru Chipaya confectionnent eux-mêmes leurs habits traditionnels, qu’ils portent lors des dates importantes.