Terra Bolivia » Art » Le street-art paceño

Le street-art paceño

Le quartier de Sopocachi est en train de se transformer en véritable galerie en plein air !

Le quartier de Sopocachi, où se situe notre agence Terra Andina Bolivia, a toujours été caractérisé comme le quartier culturel, artistique et bohème de La Paz. Un grand nombre des poètes, d’écrivains et d’artistes y ont habité. Cette zone est désormais en train de se transformer en véritable galerie d’art en plein air grâce aux nombreuses œuvres de « street art » que l’on peut observer dans les rues.

 

 

En effet, les murs de Sopocachi sont devenus les toiles d’une quarantaine d’artistes provenant de nombreux pays : Argentine, Chili, Mexique, Colombie et bien sûr, de Bolivie. Depuis fin Octobre, ces artistes passent plusieurs heures par jour à peindre des fresques en relation avec l’histoire de la liberté, dans le cadre de la rencontre latino-américaine d’art urbain « voces Libertarias ».

 

 

Il y a 3 zones où vous pourrez observer ces peintures murales dans Sopocachi. Les murs de l’école Carlos de Villegas (près de la place Avaroa) sont peints par un groupe d’artistes argentins. Dans le passage Gustavo Medinaceli, des groupes d’artistes chiliens et argentins ont peint des toiles géantes dans toute la rue. Enfin, vous pourrez observer d’autres séries de peintures murales près de l’Académie Nationale des Beaux-Arts.

Les artistes de ce groupe ont utilisé une technique appelée latex acrylique. Armés de leurs pinceaux, ils se sont lancés dans la création de ces immenses fresques sous un soleil brûlant. Chaque groupe s’est lancé dans les premiers croquis avec enthousiasme, imaginant que ces murs vides ou remplis de graffitis ressembleraient bientôt à des œuvres d’art.

 

 

Les gens du quartier se sont rendus sur les lieux et ont commenté « Ces peintures murales embelliront le quartier » « Nous avons besoin de plus de murs colorés qui représentent la lutte du peuple bolivien ».

 

 

« L’idée est de montrer une mère portant un drapeau Wiphala (drapeau multicolore emblématique des peuples indigènes de la Cordillère des Andes) qui représenterait son enfant. Ces œuvres murales parlent de l’importance de l’engagement que vous devez avoir avec les enfants, de l’importance de soutenir leurs droits », a déclaré l’artiste Juan Enrique Yorg.

Lucas Quinto, un artiste indépendant argentin, peint une fresque d’un Indien Mapuche. « J’utilise une phrase du grand chef mapuche Calfucurá. Il parle de la résistance culturelle, de la valeur de notre sang et de notre identité, qui ont souvent été souillés, mais qui ont toujours refait surface ».

 

 

 

Les murs du bâtiment situé en face de l’Académie Nationale des Beaux-Arts sont devenus la toile de l’artiste argentin Marcelo Carpita. « Mon travail est basé sur la famille et sur le culte et le respect de l’environnement dans lequel nous vivons. Sur cette œuvre murale seront représentés les quatre éléments : l’eau, la terre, le feu et l’air ». Grace à cette œuvre, l’artiste cherche à montrer que « l’univers entier est basé sur l’homme et sa relation avec la nature. »